chargement Veuillez patientez...

Quatre actifs de logistique urbaine raflés par Valor Real Estate Partners à Paris et Lyon

Cet article a été écrit par Publiée le :

L’immobilier logistique dit « du dernier kilomètre » aiguise l’appétit des investisseurs internationaux dans les grandes métropoles. Avec la pandémie de Covid-19 et les cortèges de fermetures administratives qui l’ont accompagnée, la digitalisation du commerce s’est accélérée et l’espace commercial physique a perdu sa prépondérance au profit d’entrepôts logistiques situés proches des centres-villes et bien reliés pour assurer les livraisons du dernier kilomètre. En conséquence de leur attractivité renforcée, la demande des investisseurs pour cette typologie d’actifs a considérablement augmenté depuis un an.

Valor Real Estate Partners est une société paneuropéenne d’investissement immobilier et de gestion d’actifs dans le domaine de la logistique et des locaux industriels. Au démarrage vers le début des années 2010, le fondateur Christian Jamison -un ancien financier international de la banque américaine JP Morgan- explique qu’il se focalisait sur les grands entrepôts logistiques ou industriels, des actifs à l’époque peu considérés par les investisseurs et relativement sous-évalués. Il avait alors lancé un premier véhicule alimenté par des capitaux privés : Delin Capital Asset Management. Puis à partir de 2016, les actifs logistiques dits « du dernier kilomètre » attirent son attention, lui semblant être un nouveau marché plein de promesses. Il lance alors le fonds Valor Real Estate Partners. Quatre ans plus tard, Valor détient un portefeuille de 1 milliard € d’actifs de logistique urbaine « premium » en Europe.

Les acquisitions récemment annoncées par Valor Real Estate Partners sont situées dans les environs de Paris pour deux d’entre elles (Créteil au sud-est et Argenteuil au nord-ouest) et Lyon pour les deux autres (Saint-Priest et Chaponnay, à une dizaine de kilomètres au sud-est de Lyon), l’investissement total étant de 30 millions €. L’actif de Créteil est une unité industrielle inoccupée de 2.000 m2 vendue par Rolesco, une petite société spécialisée en produits de réfrigération. L’entrepôt situé à Argenteuil, vacant lui aussi, développe une surface de 10.500 m2, il a été vendu par une entreprise de restauration de luxe (groupe Do & Co). Les deux actifs lyonnais, de 7.000 m2 et 3.600 m2 de surfaces respectives, sont également libres d’occupation locative et destinés à être rénovés.

 « Ces transactions soulignent notre capacité à identifier et à acquérir des actifs sur des marchés très granulaires et compétitifs, offrant un potentiel d’actifs à court terme via des activités de repositionnement et de location. Les entrepôts sont idéalement situés pour la livraison du dernier kilomètre dans des sous-marchés intercalaires très peu approvisionnés à la périphérie de Paris et de Lyon, avec un accès immédiat aux artères et dans deux des villes les plus densément peuplées d’Europe occidentale. Les développements futurs étant susceptibles d’être limités par la disponibilité des terrains, cela devrait soutenir davantage les loyers et les performances à l’avenir », analyse Ben Brunschwig, Senior Vice President chez Valor.

Découvrez notre guide pour bien investir en SCPI
Plus d'actualités...
Investir en SCPI
Newsletter
Pourquoi nous choisir ?
  • Une sélection indépendante
  • Une équipe de spécialistes dédiés
  • L'offre la plus importante du marché
En savoir plus
Contactez-nous
Téléchargement
Guide
Découvrez notre guide pour bien investir en SCPI
Télécharger le guide